Retour vers Notre blogue

Une année sans achat : déjà (enfin) 6 mois!

18 septembre 2019

Cela fait déjà (enfin!) 6 mois que mon année sans achat a débuté. Comme je l’expliquais au début de mon défi, l’objectif est de revoir mon rapport aux objets. Cette démarche découle du désir de transmettre à ma fille de saines habitudes de consommation. 

LA question : ai-je fait des achats?

Je crois que c’est LA question qui revient le plus souvent lorsqu’on me parle de mon défi. La réponse est « oui, bien sûr! », j‘ai dû effectuer certains achats. La vie étant ce qu‘elle est, j‘ai rapidement dû faire ma première dépense lorsqu‘une pièce de notre toilette s’est brisée. Rien de très excitant comme dépense, mais elle entrait tout à fait dans le cadre que je m’étais fixé d’achats « essentiels ». Par contre, le choix d’effectuer ou non un achat n’a pas toujours été aussi simple que la décision de réparer ma toilette! 

Ce qui est essentiel et ce qui ne l’est pas peuvent sembler faciles à déterminer. Manger, se vêtir, payer ses comptes tombent facilement dans la catégorie des « essentiels », mais qu’en est-il des soins de la peau, du maquillage ou encore de vêtements pour faire une activité sportive? Ce défi m’a amenée et m’amène encore au quotidien à réfléchir à ce qui compte vraiment pour moi. 

Voici, en toute transparence, une liste exhaustive de ce que j’ai acheté pendant le premier 6 mois de ce défi :

  • Pièce de remplacement pour la toilette : cet article se passe de justification.
  • Mascara : j’ai décidé de maintenir seulement les produits de base de ma routine de maquillage.
  • Lunettes de soleil pour ma fille : le seul achat que je regrette. J’ai dû l’effectuer rapidement après un examen de la vue où l’optométriste a employé des gouttes dilatant les pupilles de ma fille. Elle se plaignait d’être incommodée par la lumière. J’ai donc acheté des lunettes peu coûteuses (lire : « de mauvaise qualité ») qui ont brisé quelques jours plus tard.
  • Serviettes hygiéniques lavables : je ne regrette pas mon choix, car maintenant je n’ai plus à acheter l’option jetable.
  • Vêtements d’été pour ma fille : je n’ai pas fait de folies; seulement les éléments de base et en quantité raisonnable. De plus, j’ai décidé de tenter ma chance dans une boutique de seconde main et j’ai trouvé tout ce dont elle avait besoin à moindre prix.
  • Une paire de sandales et une paire de ballerines pour moi : j’avais brisé les miennes l’an dernier et je n’en avais pas d’autres.
  • Brosses à dents : j’ai opté pour des brosses à dents en bambou qui sont plus écologiques, puisqu’elles sont presque entièrement compostables.
  • Tablette numérique : mon ordinateur portable a choisi cette année bien particulière pour rendre l’âme! Après avoir analysé mes besoins, j’ai opté pour ce type d’appareil qui y répond mieux.
  • Maillot de bain : le seul que je possédais était complètement défraîchi.

Je pourrais aussi dresser la liste de tous les achats que je n’ai pas effectués parce qu’ils ne cadraient pas dans mon défi (elle serait très longue), mais je tiens à vous partager une anecdote en particulier.

Les petites mitaines de course

Je ne suis certainement pas la seule à posséder un bac de tuques, de mitaines, de cache-cou et de foulards en multiples exemplaires. Par contre, chaque fois qu’il faisait froid, mon choix s’arrêtait toujours sur mes petites mitaines de course noires. Gros coup de cœur que je m’étais procuré il y a 2 ou 3 ans. Évidemment, j’ai « choisi » cette année pour les oublier dans l’autobus (ce qui n’est vraiment pas dans mes habitudes). Comme j’avais d’autres mitaines, je ne pouvais les racheter, car ce n'était pas essentiel. Mais je peux vous assurer qu’elles me manquent encore! Rien de mieux pour me faire réaliser l’importance de ne posséder que des objets de bonne qualité qui me plaisent vraiment.

Le bilan de mi-parcours

Ces 6 premiers mois ont passé rapidement, mais n’ont pas été toujours faciles pour autant. J’ai réalisé que souvent mon désir d'effectuer des achats était lié à comment je me sentais. Une journée difficile, l’ennui, le goût de me « gâter » conjugués à des publicités bien ciblées sur les réseaux sociaux et me voici à me questionner si je peux faire un achat ou non. Bien sûr, la réponse est 99,9 % du temps : non. Auparavant, je n’aurais pas toujours arrêté cette impulsion et j’aurais dépensé pour retrouver l’excitation momentanée que procure le fait de faire un achat. 

Je suis très fière de vous partager un portrait de mes finances des 6 derniers mois en comparaison avec celui effectué en début d’année:

% de mes revenus consacré à chaque poste budgétaire

Catégorie

Bilan de début d’année

Janvier à décembre 2018

Bilan des six derniers mois

Janvier à juin 2019

Différence

Épargne et assurances

5,97 %

31,71 %

+ 25,74 %

Alimentation

29,13 %

23,42 %

- 5,71 %

Habitation

22,26 %

20,76 %

- 1,5 %

Garderie/école et REEE

2,04 %

7,90 %

+ 5,86 %

Loisirs et vacances

11,88 %

5,90 %

- 5,98 %

Transport

4,45 %

5,45 %

+ 1 %

Télécommunications

4,37 %

3,31 %

- 1,06 %

Commerces de détail

13,52 %

1,55 %

- 18,35 %

Santé

4,28 %

Divers

2,10 %

 

C’est un changement majeur; n’est-ce pas?

 

On se revoit dans 6 mois pour le bilan final! D’ici là, si vous souhaitez échanger sur le sujet, je vous invite à m’écrire via le Facebook de Kaleido.

Une maman de Kaleido

Prochain article

Suis-je un bon parent?

Par Stéphanie Deslauriers