Retour vers Notre blogue

S’adapter à l’école virtuelle

3 décembre 2020

Avec la pandémie, l’école virtuelle s’est imposée rapidement : alors qu’elle est désormais la seule avenue possible pour les cégépiens et les universitaires, de nombreux élèves du primaire et du secondaire doivent également composer avec cette réalité à temps plein ou à temps partiel. Quelles sont les conséquences d’un tel changement pour les jeunes? Que peut-on faire en tant que parent pour préserver la santé mentale de nos enfants et de nos ados?

Bien que l’école à distance soit la solution la plus prudente pour éviter la propagation de la COVID-19 dans les établissements d’enseignement, elle comporte son lot de désagréments. Heureusement, il existe des pistes de solution pour mieux naviguer dans ces eaux parfois un peu troubles.

Anxiété et perte de motivation

Même si l’école virtuelle impose souvent un horaire précis, elle offre toutefois moins d’encadrement que l’école traditionnelle. Les jeunes peuvent alors se sentir un peu perdus dans cette nouvelle réalité. Ce sentiment d’inconnu s’accompagne parfois d’une perte de motivation pouvant générer de l’anxiété et affecter négativement l’humeur et les résultats scolaires. Lorsqu’ils vivent un tel stress, les jeunes ont besoin plus que jamais d’attention et de soutien.

Des pistes de solution

  • Maintenez la routine quotidienne familiale le plus fidèlement possible ou mettez-en une nouvelle en place, afin de sécuriser les jeunes. Par exemple, levez-vous et couchez-vous à la même heure, déjeunez et soupez tous ensemble, demandez à vos enfants de s’habiller comme s’ils allaient à l’école, etc. Le gouvernement du Canada conseille également de faire participer les jeunes à l’établissement de la routine et des règles de la maisonnée, ce qui aura pour effet de renforcer leur estime de soi.

  • Assistez-les le plus possible dans leur apprentissage : répondez à leurs questions et vérifiez régulièrement s’ils ont bien compris les notions vues durant la journée.

  • Félicitez les efforts et soulignez les bons coups.

  • Demeurez à l’écoute tout en étant disponible et rassurant.

Temps d’écran excessif

Les enfants et les ados ont les yeux rivés sur leurs écrans à longueur de journée : ils regardent des vidéos explicatives, utilisent des applications informatiques pour réaliser divers exercices, font des recherches sur le Web, consultent divers documents en version numérique et passent leurs examens en ligne. Quant aux rencontres avec les professeurs, elles se déroulent aussi à l’écran, par vidéoconférence.

 

Une fois la journée terminée, nombre de jeunes se rendent sur les réseaux sociaux, regardent la télévision ou jouent à des jeux vidéo. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) constate en effet qu’avec le confinement et les restrictions, il peut être encore plus tentant de passer davantage de temps que d’habitude devant les écrans.

Des pistes de solution

  • Rappelez à vos jeunes de prendre des pauses régulièrement lorsqu’ils travaillent à l’ordinateur ou sur une tablette : faire quelques étirements, se lever pour se préparer une collation à manger debout dans la cuisine et sortir avec le chien sont toutes de bonnes idées.

  • Incitez vos enfants à participer à des activités qui stimulent leur créativité, comme les jeux de société, le dessin, le bricolage, le jardinage et la cuisine. Ou encore, chantez et dansez par simple plaisir!

  • Encouragez-les à s’adonner à une activité physique qu’ils aiment, que ce soit en solo ou en famille. Il y a une tonne de sports accessibles qu’on peut pratiquer à la maison, à l’intérieur ou à l’extérieur, été comme hiver : hockey-bottine, course à pied, circuits d’entraînement, yoga, etc. Soyez créatif!

Manque de contacts humains et isolement

Isolés, les enfants et les ados s’ennuient des échanges et de la proximité avec leurs amis. Avec l’école virtuelle, ils n’ont plus l’occasion de se parler entre eux dans la classe, puisque les échanges se font plutôt d’élève à professeur. Le site Naître et grandir soutient également que les enfants ressentent le besoin de toucher leurs amis et de leur donner des câlins pendant leurs séances de jeu et les récréations, ce qu’ils n’ont pas la chance de faire en restant à la maison. De plus, l’école virtuelle les prive d’occasions d’apprentissage en matière d’habiletés sociales (la résolution de conflits, par exemple).

Des pistes de solution

  • Soyez démonstratif : câlinez-les plus que jamais. S’ils se montrent plutôt indépendants à ce niveau, optez pour un high five, une tape dans le dos ou une autre forme de contact physique encourageant ou rassurant.

  • Adonnez-vous régulièrement à des activités avec vos enfants (tous ensemble et en tête-à-tête).

  • S’ils ne sont pas en quarantaine ou en isolement, permettez à vos jeunes de rencontrer leurs amis à l’extérieur en maintenant une distanciation physique de 2 mètres.

  • Encouragez-les à rester en contact avec leurs amis et avec les membres de la famille desquels ils sont proches (en ligne ou par téléphone).

De l’aide professionnelle est aussi disponible. Par exemple, les familles qui souscrivent un REEE chez Kaleido bénéficient du Programme Tremplin, un service d’accompagnement familial offert par des intervenants qualifiés. Renseignez-vous!

 

 

Sources : Organisation mondiale de la santé, gouvernement du Canada et Naître et grandir.