Retour vers Notre blogue

Comment faciliter la discussion avec son ado?

13 janvier 2020

La période de l’adolescence est celle où notre jeune se Cherche – oui, oui, avec un grand C! Il est en pleine quête identitaire, de sorte qu’il se détache tout doucement de sa famille pour se rapprocher de ses amis.

À cette étape de sa vie, se faire accepter par les autres et se conformer tout en affirmant son unicité sont des enjeux primordiaux. Il est donc normal qu’il passe plus de temps avec ses amis et que son style vestimentaire change, tout comme ses goûts de manière générale! Il prend du recul par rapport à sa famille, ce clan dont il fait partie depuis sa naissance. Ainsi, il peut mieux remettre en question et critiquer les valeurs qui lui sont transmises depuis… toujours!

Comme parent, ça peut cependant être déstabilisant tous ces questionnements et ces confrontations d’opinions. Dans ce contexte, comment arriver à conserver – ou à établir – une communication saine avec notre ado?

Des intérêts communs

Votre ado a un Youtubeur préféré, mais vous, vous trouvez ça complètement insipide? Je vous comprends donc. Mais pour nos ados, ces modèles et héros de jeunesse sont importants. Tentons de nous y intéresser un peu, de regarder une vidéo avec lui ou encore d’aller voir le contenu de cette personne afin de trouver au moins un point positif que nous pourrons partager avec notre ado. Et pourquoi pas l’initier à quelque chose que, nous, on aime? Comme la musique, les arts, la lecture, un sport en particulier, la photo… En partageant un intérêt commun, on passe plus de temps ensemble à faire quelque chose d’agréable et c’est très bénéfique pour la relation!

L’ouverture

L’absence de jugement est cruciale; lorsque notre ado s’ouvre à nous, il importe de l’écouter et de valider ses émotions. Rappelons-nous l’ado que nous étions et comment nous nous sentions lorsqu’un adulte soupirait, levait les yeux au ciel ou encore nous disait : « C’est juste des p’tites histoires de jeunes, ça ». Ça nous irritait, non? Avec raison! Et ça irrite encore nos ados de se faire répondre de la sorte. Oui, ce sont des histoires de jeunes parce qu’ils SONT jeunes! Personnellement et professionnellement, je serais vraiment inquiète si un ado présentait des problèmes d’adultes…

Rappelons-nous comment on se sentait vulnérables à pareil âge. Ça risque de nous aider à réajuster notre capacité d’empathie, de compassion et d’ouverture dans les discussions avec nos ados.

Les conseils non sollicités

PERSONNE n’aime les conseils non sollicités. Ça vaut pour les femmes enceintes, les parents de jeunes enfants (les parents, point!) et les ados. Attendons qu’ils nous posent des questions, qu’ils nous demandent explicitement notre avis sur un sujet qui les touche personnellement avant de nous prononcer. Et n’oublions surtout pas de nuancer en disant : « Ce n’est que mon opinion (et donc, ce n’est pas la vérité absolue!) »

Les sujets délicats

Nous ne sommes pas tous à l’aise d’aborder certains sujets délicats avec nos ados, par exemple la sexualité. Et c’est correct ainsi! Il importe de s’écouter et de respecter ses limites. Mais si nous ne sommes pas en mesure de répondre à ses questions, est-ce possible de le rediriger vers quelqu’un de confiance pour ce faire? Ça peut être une grande sœur, un cousin mature, une tante ouverte d’esprit, etc. Ainsi, on s’assure que notre jeune aura de l’information juste et de qualité – comprendre : il n’ira pas chercher son information sur des sites Web louches…

Bref, souvenez-vous de vous-même à l’adolescence. Ressentez de l’empathie et de la bienveillance envers cet ado que vous avez été. Ça vous aidera à ressentir la même chose pour celui qui se trouve désormais devant vous!