Retour à Notre blogue

Comment gérer l’anxiété sociale de son enfant?

Nanny Secours

Écrit par : Nanny Secours

6 juin 2022

Qui n’a jamais vécu de la timidité? Peut-on dire alors que vivre de l’anxiété sociale est normal? Attention! Pas d’amalgame. Timidité ne rime pas nécessairement avec anxiété. S’il est vrai que la timidité est normale, de son côté, l’anxiété peut devenir une source de grande souffrance pour l’enfant et être envahissante pour toute la famille.

Anxiété sociale ou timidité?

Si votre enfant ressent de la timidité occasionnelle et qu’avec votre soutien, il réussit à passer par-dessus sa peur, soyez rassuré(e). Ce n’est pas de l’anxiété sociale. Après tout, nous souhaitons tous que nos enfants aient une certaine gêne à certains moments, surtout avec les étrangers.

Étude de cas : le trouble d’anxiété de Roxanne

Roxanne* est une enfant adorable. Quand elle est dans sa routine, elle est souriante, enjouée et créative. Mais quand vient le temps de parler à de nouvelles personnes ou en classe, elle devient une tout autre enfant.

Elle s’inquiète de ce que les autres vont penser. Elle a peur de faire une erreur ou de bafouiller. Elle fige sur place ou tente d’éviter les situations où il y a beaucoup de personnes. Roxanne vit de l’anxiété sociale. C’est plus que de la timidité : les activités sociales qui devraient être une source de joie, comme les fêtes d’ami(e)s par exemple, sont source d’angoisse pour elle. Elle en a des maux de ventre et peut même faire des crises (de pleurs, de colère, etc.).

Anxiété sociale : symptômes, causes et conséquences

Si votre enfant arrive à surmonter ses peurs et que par la suite, il est fier, continuez de le soutenir comme vous le faites.

Toutefois, il est temps de consulter si l’anxiété de votre enfant a un impact sur le quotidien de votre famille et qu’il :

  • vit des émotions, des inquiétudes et/ou des manifestations physiques qui sont démesurées face à la situation;
  • évite certaines situations sociales;
  • ressent une grande souffrance dans un contexte particulier.

« Un trouble d’anxiété sociale (parfois nommé phobie sociale) est un problème qui rend les enfants et les jeunes très anxieux ou inquiets dans de nombreuses situations quotidiennes. Des études démontrent qu’environ 1 jeune sur 20 est aux prises avec ce problème. »

Quelles sont les causes de l’anxiété sociale?

Deux facteurs principaux prédisposent les enfants à être anxieux :

  • la génétique : les enfants sont plus à risque si un ou plusieurs membres de la famille vivent de l’anxiété.
  • les expériences de vie : mauvaises expériences sociales, pression de réussir, surprotection des adultes, traumatismes, etc.

Il est aussi important de prendre conscience que les médias sociaux peuvent être un facteur d’anxiété, surtout chez les adolescents. La peur de se retrouver ridiculisé ou intimidé par ses pairs fait partie de la réalité de plusieurs jeunes.

Quelles sont les conséquences de cette anxiété ou angoisse?

Toutes les sphères de la vie de l’enfant peuvent être affectées.

Par exemple, à l’école, s’il est préoccupé par la peur de l’erreur ou du ridicule, il peut :

  • avoir de la difficulté à écouter les explications de l’enseignant(e);
  • s’empêcher de poser des questions;
  • être perturbé durant ses examens.

Ne se sentant pas bien lorsqu’il y a plusieurs personnes, il peut :

  • ne pas aller à des rassemblements de jeunes;
  • se retirer dans la cour d’école.

À la maison, il peut :

  • faire des crises;
  • rester dans sa chambre lorsqu’il y a de la visite;
  • refuser d’aller jouer avec ses pairs;
  • demander votre attention constante.

Comme vous pouvez l’imaginer avec tous ces exemples, l’anxiété sociale peut avoir des conséquences sur le développement de l’enfant, ses résultats scolaires, sa socialisation, son comportement, la vie de famille, etc.

Comment aider et accompagner mon enfant dans son anxiété?

Lorsque vous observez des manifestations de peur chez votre enfant, vous pouvez l’aider à gérer son anxiété en :

  • gardant votre calme et en respirant avec lui;
  • l’amenant à mettre des mots sur les émotions et la situation;
  • lui demandant de vous raconter un moment où il a déjà réussi à vaincre sa peur;
  • l’accompagnant pour qu’il surmonte ses peurs;
  • l’encourageant à faire de l’activité physique;
  • lui offrant votre soutien, sans le surprotéger.

À noter : votre enfant apprend en regardant ce que vous faites. Si vous avez tendance à éviter certaines situations sociales qui vous angoissent, vous lui transmettez donc ce modèle. Découvrez 7 astuces pour accompagner un enfant anxieux.

Quand et qui consulter si mon enfant vit de l’anxiété?

Si vous sentez que vous avez besoin d’aide pour accompagner votre enfant et l’aider à mieux gérer la situation, un(e) coach familial(e) peut vous aider. Toutefois, si votre enfant ou vous-même vivez de la détresse face à la situation actuelle, consultez un(e) professionnel(le) de la santé.

Et Roxanne dans tout ça?

Grâce à l’accompagnement de professionnel(le)s, Roxanne a développé des outils pour retrouver le calme. Ses parents ont aussi reçu plusieurs astuces pour l’aider. Aujourd’hui, elle sait que, étape par étape, elle peut réussir à relever ses défis. En vivant des réussites, elle apprend à se faire davantage confiance et comprend que la peur n’est pas un ennemi invincible.

Si, comme Roxanne, votre enfant est aux prises avec de l’anxiété sociale et que malgré votre soutien, cela persiste, continuez de vous informer et consultez rapidement un(e) professionnel(le) de la santé.

Heureusement, avec les bons outils et de la constance, les choses peuvent s’améliorer. En apprenant à surmonter leurs peurs, les enfants développent des aptitudes et des habitudes qui leur seront utiles toute leur vie.

 

 

Marie-Claude Dubois, bachelière en psychoéducation
Membre du Réseau Nanny secours

Notes légales

* Prénom fictif utilisé à des fins d’illustration.