Retour vers Notre blogue

Nos conseils pour une bonne planification financière des études postsecondaires de votre enfant

Écrit par : Kaleido

10 février 2021

Quand on commence à planifier combien épargner pour les éventuelles études postsecondaires de son enfant, il n’est jamais « trop tôt » et ce n’est jamais « pas assez ». Selon les plus récentes statistiques d’Universités Canada, en moyenne, les frais de scolarité pour un résident du Canada qui étudie dans un programme de sciences humaines ou d’arts d’une durée de 3 ans à l’Université Bishop’s au Québec se situent entre 2 544 $ et 7 940 $. Et c’est sans compter les frais de subsistance, qui peuvent représenter pas loin de 20 000 $ par année pour un étudiant qui ne vit pas à la maison. Ça fait beaucoup de sous à mettre de côté avant le début des études postsecondaires! 

Encourager ses enfants à poursuivre des études postsecondaires, ça peut être coûteux. Et lorsqu’il y a plus d’un enfant susceptible d’étudier au niveau postsecondaire, même les familles plus aisées ont avantage à prévoir combien épargner pour les études. C’est là que le régime enregistré d’épargne-études (REEE) entre en jeu.  

Si vos enfants ont à peine terminé la maternelle ou qu’ils sont davantage préoccupés par les divisions que par l’obtention d’une maîtrise, vous avez tout intérêt à vous informer sur les coûts associés aux études postsecondaires, sur les moyens de faire de potentielles économies et sur les façons de maximiser votre épargne en étant prévoyant.        

Les avantages du REEE pour votre famille

En tant que pionnière de l’épargne-études, Kaleido souhaite encourager le plus de personnes possible à ouvrir un REEE afin que les jeunes puissent accéder à l’éducation qu’ils méritent.

Kaleido offre 2 formules d’épargne aux familles du Québec et du Nouveau-Brunswick. Le souscripteur peut choisir la fréquence et la durée des cotisations : 2 ans, 5 ans, 10 ans – jusqu’à 17 ans dans le plan REEEFLEX. Quant au plan INDIVIDUEL, il permet de cotiser à son rythme et de retirer des sommes avant l’échéance1. Il suffit d’avoir un numéro d’assurance sociale (NAS) et une preuve de résidence!

En commençant à cotiser tôt, vous serez agréablement surpris de voir à quel point l’argent s’accumule rapidement et vous éviterez d’être pris de court face à des frais de scolarité inattendus.

Bien que votre petit dernier ne partage peut-être pas votre enthousiasme et préférerait recevoir de l’argent ou un jouet à sa fête, un autre avantage du REEE est que votre famille et vos amis peuvent y contribuer afin d’offrir à votre enfant un cadeau qui lui sera très utile quand il entamera ses études universitaires, collégiales ou professionnelles.   

Il est également important de noter que le REEE est différent des autres comptes d’épargne que vous avez pu rencontrer lors de vos lectures sur la planification des études, puisque les gouvernements bonifient les cotisations du souscripteur, selon le revenu familial.    

De plus, les cotisations faites dans un REEE fructifient à l’abri de l’impôt, et les paiements d’aide aux études (PAE) sont imposés au taux du bénéficiaire plutôt qu’à celui du souscripteur. 

Kaleido offre par ailleurs un avantage exclusif à ses clients : le Programme Tremplin2, qui donne accès à de l’accompagnement familial par des intervenants qualifiés. Ce service complémentaire donne aux familles les outils pour aider leurs enfants dans leur cheminement vers l’âge adulte, alors qu’ils commencent à faire leurs propres choix quant aux études.  

Bien sûr, le REEE est sujet à certaines restrictions et considérations, peu importe le fournisseur que vous choisissez. La limite de cotisations dans un REEE est de 50 000 $, mais vous avez tout de même le choix parmi différentes options de cotisation, selon le type de plan que vous souscrivez. Par exemple, avec un plan individuel, vous avez la liberté de cotiser comme bon vous semble : 2 500 $ lors d’une bonne année ou 100 $ lors d’une année moins fructueuse. Peu importe le fournisseur avec lequel vous faites affaire, assurez-vous qu’une équipe chevronnée peut vous accompagner à chaque étape de la planification des études de votre enfant.    

Et les bonnes nouvelles ne s’arrêtent pas là! Si vous êtes un résident du Québec, vous pourriez recevoir l’incitatif québécois à l’épargne-études (IQEE). Les résidents du Canada pourraient également recevoir les subventions suivantes :

  • Subvention canadienne pour l’épargne-études (SCEE): pour tout résident du Canada ayant un numéro d’assurance sociale (NAS);
  • Bon d’études canadien (BEC): pour les familles à faible et à moyen revenu, l’admissibilité garantit 500 $ à l’ouverture du plan ainsi que 100 $ versés annuellement dans le REEE jusqu’aux 15 ans de l’enfant, selon le revenu familial net rajusté.

Voyons ce que cela représente concrètement en termes d’épargne.

Au Québec, tout bénéficiaire d’un REEE peut recevoir jusqu’à 12 800 $ en subventions gouvernementales3. Pour les étudiants qui demeurent à la maison, cette somme pourrait couvrir l’entièreté des frais de scolarité.

Vous vous dites peut-être que tout cela est bien beau, mais que vos enfants sont encore bien loin d’entamer leurs études postsecondaires et que les circonstances peuvent changer. C’est pourquoi il est important que vous choisissiez un REEE qui répond à votre situation et à vos besoins. Votre garçon de 10 ans qui rêve d’une carrière d’avocat décidera peut-être à 18 ans de déménager à l’étranger et d’ouvrir un refuge pour animaux plutôt que de poursuivre des études postsecondaires. Ou encore votre fille qui n’a jamais eu d’intérêt pour l’école voudra peut-être devenir architecte, ce qui représente entre 5 et 7 ans d’études.   

Peu importe le parcours scolaire choisi par votre enfant, Kaleido peut vous offrir des conseils et des solutions. Apprenez-en plus sur nos REEE et découvrez comment vous pouvez obtenir le remboursement de votre épargne ou même transférer les sommes à un autre enfant. Nous pouvons également vous proposer des solutions si vous n’arrivez plus à payer vos cotisations.

Plus d’une solution d’épargne-études

Si vous n’êtes pas prêt à souscrire un REEE ou que vous croyez que ce n’est pas la meilleure solution pour votre famille, il est tout de même judicieux de mettre de l’argent de côté pour vos enfants, au cas où ils en auraient besoin. Même si vous ne cotisez pas dans un compte d’épargne, avoir des sommes réservées pour le futur de vos enfants assure non seulement leur protection, mais leur apprend également qu’il n’y a pas toujours de l’argent à leur disposition. L’une des solutions les plus populaires est le compte d’épargne libre d’impôt.       

La décision de vivre à la maison ou en appartement

Au moment d’ouvrir un REEE ou un autre type de compte d’épargne, en tant que famille, on est souvent bien loin de déterminer si notre enfant va vivre en appartement ou à la maison. Bien que plusieurs parents et enfants aient hâte de profiter de l’indépendance qu’apportent des études loin de la maison, les coûts, surtout sur plusieurs années, peuvent être prohibitifs. Il faut non seulement payer le loyer, l’épicerie et les manuels, mais aussi le transport : si votre jeune déménage dans une autre province, les billets d’avion peuvent à eux seuls s’accumuler rapidement au cours de quelques années. Pour vous aider à prendre une décision, vous pouvez consulter plusieurs sites Web qui fournissent les statistiques les plus récentes quant aux frais de subsistance associés à diverses universités.   

Prendre la décision de rester à la maison n’est pas facile pour un jeune qui rêve d’indépendance. Et ce n’est pas seulement l’attrait de quitter le nid familial et de se débrouiller par soi-même qui pousse un jeune à choisir une école éloignée : il se peut que ce soit le seul établissement où son programme est offert. Si vous n’avez pas les moyens de payer pour un gros déménagement, cela pourrait limiter votre enfant dans ses choix de carrière et le priver de certaines opportunités. Heureusement, si vous avez souscrit un REEE, une partie du poids financier pourrait être couvert.

Les bourses d’études

En plus du REEE et des subventions, votre enfant peut évidemment demander des bourses d’études. Elles varient souvent selon la province, le programme d’études ou l’établissement d’enseignement. Les bénéficiaires de REEE peuvent aussi profiter d’une bourse pour aider à payer leurs études s’ils répondent aux critères et ont les prérequis.  

Il vaut la peine de s’intéresser aux possibilités plus spécifiques. Par exemple, le fait qu’on encourage les femmes à faire carrière dans les sciences donne lieu à des offres destinées expressément aux Canadiennes au sein de compagnies et d’organisations. Soyez toutefois conscient que ces occasions sont sujettes à changement et ne sont pas toutes de valeur égale; il peut donc être judicieux de faire quelques recherches.   

De plus, il existe des bourses destinées aux étudiants qui peuvent prouver avoir besoin d’aide financière, tandis que de plus petits montants peuvent être gagnés par tirage au sort. Explorez les options offertes dans votre région et ailleurs au pays, ainsi que tout ce qui se rapporte aux accomplissements de votre enfant : les récompenses peuvent être considérables. Cependant, le processus de qualification peut être exigeant et ardu.      

À l’aube des études postsecondaires

Bien assez vite, votre bambin qui commence tout juste à apprendre à lire et à compter sera devenu un jeune adulte déterminé à décrocher un diplôme d’études postsecondaires.

Si vous avez un REEE, c’est le moment de retirer les sommes accumulées en vue des études. Votre enfant a peut-être été assez prévoyant pour économiser en travaillant les fins de semaine et pendant les vacances ou, encore, il a peut-être l’intention d’occuper un emploi à temps partiel durant ses études.

Même avec l’aide d’un REEE, d’une bourse ou des parents, les étudiants se retrouvent bien trop facilement endettés et se voient obligés de contracter des prêts qui prennent des années à rembourser. C’est pourquoi il est pertinent de discuter avec votre enfant de planification financière et de trucs pour épargner pendant les études.

Bientôt, ce sera lui qui se demandera comment et combien épargner pour les études postsecondaires de ses enfants. D’ici là, vous ne pouvez que faire de votre mieux pour vous préparer en vue des études de votre jeune et partager vos meilleurs conseils financiers avec lui.

Pour découvrir comment Kaleido peut vous aider à épargner en vue des études postsecondaires de votre enfant, prenez rendez-vous avec l’un de nos représentants en plans de bourses d’études.

Notes légales

1. Certaines conditions s’appliquent. Consultez notre prospectus.

2. Certaines conditions s’appliquent.

3. Subvention canadienne pour l’épargne-études (SCEE) de 20 % à 40 % et incitatif québécois à l’épargne-études (IQEE) de 10 % à 20 %, selon le revenu net familial rajusté. Pour la SCEE, le montant maximum annuel est de 600 $ et le montant maximum à vie est de 7 200 $ par bénéficiaire. Pour l’IQEE, le montant maximum annuel est de 300 $ et le montant maximum à vie est de 3 600 $ par bénéficiaire. Bon d’études canadien (BEC), pouvant atteindre 2 000 $ par bénéficiaire, pour un enfant né après le 31 décembre 2003 et dont la famille est financièrement admissible. Certaines conditions s’appliquent. Consultez notre prospectus.